bergeronsamuel


La hausse : Éthique et financement
février 29, 2012, 12:21  
Filed under: Politique

Ce message était initialement destiné à la page Facebook du Mouvement des Étudiants Socialement Responsables du Québec (MÉSRQ). J’ai été bloqué en seulement quelques minutes de discussion sur la page. La discussion était pourtant très respectueuse des deux côtés. Les administrateurs n’ont cependant pas aimé ma réponse à l’un de leurs commentaires. L’idée était de me faire comprendre que je n’étais pas sur la bonne page pour défendre le mouvement contre la hausse.  Ce à quoi j’ai répondu que le titre de la page impliquait d’être socialement responsable, et que pour moi être socialement responsable était le fait de favoriser l’accès équitable aux études postsecondaires. Voici donc le message qui leur était initialement destiné  :

———————————————————————

Bon matin à vous tous!

Avant d’entreprendre la lecture de ce petit texte, j’aimerais que vous preniez la peine d’ouvrir votre esprit et de laisser de côté la mauvaise foi, et tout ce qui s’en rapproche.

Mon texte n’abordera pas la même opinion que celle vénérée par le présent groupe. J’effectue la présente démarche, humblement. Je ne veux pas choquer personne ni discréditer personne. Trop de gens ici aiment s’attaquer à ceux qui s’opposent à leurs opinions et les rabaisser. C’est triste.

Est-ce que je crois honnêtement faire changer quelqu’un d’avis? Non.

Est-ce que je crois du moins faire réaliser certaines choses? Oui.

J’y vais.

L’argumentation première des gens sur ce groupe est que l’accès à l’éducation supérieure est un privilège et non un droit. Les gens ne sont donc pas au courant que, selon la déclaration universelle des droits de l’homme, signée par le Canada, l’éducation se doit d’être accessible à tous ?

« Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. »

S’opposer à cette mesure est donc renier tous les acquis que notre société a obtenus par le passé. Ceux qui se prononcent contre la hausse veulent protéger nos acquis avant toute chose. Ces derniers ayant été obtenus pour nous, par les générations précédentes, afin de garantir l’accessibilité aux études postsecondaires pour tous. Le principe d’égalité prime dans cette démarche, qui se veut socialiste plutôt qu’égoïste.

Ensuite, vous semblez voir l’éducation comme un produit financier. On l’achète, on y investit de l’argent et du temps et puis, après 3 ou 4 petites années on réalise un rendement de 16% net d’impôt. Le problème ici est que le fameux 16% est basé sur des données historiques. Or, ceux qui militent en faveur de cet argument semblent oublier que l’obtention d’un diplôme universitaire est beaucoup moins payante aujourd’hui qu’il y a 30 ans. Au cours de cette période, le salaire moyen d’entrée en fonction d’un bachelier n’a pas nécessairement suivi l’inflation. Je suis presque prêt à parier qu’il y a 15 ans l’ingénieur moyen gagnait 50 000 $ en commençant. Est-ce différent aujourd’hui? Ceux à qui j’ai parlé semblent me confirmer que la moyenne est encore aux alentours de 50 000 $. La plus-value d’un bac est donc moindre qu’avant.

De toute façon la mission de l’université c’est quoi? Vous en souvenez-vous? L’université à une mission de formation générale et de transmission du savoir à la société. Elle est également à la base de la recherche et de la conservation de documents. Elle se doit normalement d’être indépendante de l’entreprise privée au niveau de la recherche fondamentale. Or, au même rythme que le privé subventionne les universités, il demande également de « contrôler » la recherche. Pas en ce sens qu’il manipule les résultats, mais en ce sens qui privilégiera un domaine de recherche plutôt qu’un autre. Ce qui est en soit néfaste pour une société, étant donné qu’elle risque de ne pas s’épanouir comme elle le devrait.

Revenons à nos moutons. Plusieurs d’entre vous mentionnent également que ceux qui font des études en sciences humaines ou sociales gaspillent leur temps et coûtent cher à l’état, car il n’y a aucun débouché. C’est quoi déjà la mission de l’université? Vous semblez confondre universités et grandes écoles, celles-ci ont comme principal objectif la formation de la main-d’œuvre. Demander à un étudiant de choisir son domaine d’étude en fonction de la demande actuelle est illogique. Qui sommes-nous pour savoir si nous n’aurons pas besoin d’eux dans 10 ou 15 ans pour une raison X? Leur demander de choisir en ce sens, c’est contre-productif. L’étudiant a le droit de s’instruire dans le domaine de son choix, sans avoir la responsabilité de se demander quels emplois seront nécessaires dans un plus ou moins lointain futur.

Il ne faut également pas oublier qu’une société composée de citoyens éduqués comporte plusieurs avantages :

  • Le taux de criminalité est inversement proportionnel à l’éducation supérieure
  • L’éducation supérieure permet de réduire le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale et le nombre de prestataires de l’assurance-emploi
  • Dans le seul domaine de la santé, il est prouvé qu’il y a diminution des facteurs suivants en lien avec l’éducation : tabagisme, alcoolisme, absentéisme pour raison médicale, réduction du temps d’attente dans les urgences, cliniques moins surchargées
  • Une publication du gouvernement canadien datant de 1992 stipule : « Quant aux gouvernements, des études empiriques montrent qu’ils retirent de l’éducation davantage qu’ils y investissent. Les retombées des investissements publics dans le domaine de l’enseignement postsecondaire ne se limitent pas au supplément de taxes que paient les diplômés des établissements postsecondaires en raison de leur revenu plus élevé; les activités de ces établissements entraînent en effet d’autres bénéfices externes. Par exemple, les établissements postsecondaires s’occupent de recherche et de développement, activités qui profitent largement à la société et qui constituent une source indépendante de compétences dans de très nombreux domaines, tant pour les gouvernements que pour la société tout entière. »

Remettre en doute les intentions du gouvernement concernant la hausse est également d’une certaine pertinence. Depuis 2007, les frais de scolarité ont déjà augmenté de 1 000 $ par année. Qu’est-ce que le gouvernement a fait de cet argent? L’a-t’il redistribué comme un bon père de famille?

UdeM : Sélectionnée puisqu’il s’agit de la plus grosse université du Québec

Subventions gouvernementales et droits de scolarités 2006-2007 : 649,8 millions
Subventions gouvernementales et droits de scolarités  2010-2011 : 707 millions

Nombre d’étudiants 2006-2007 : 56 500
Nombre d’étudiants 2010-2011 : 60 000

Subventions par étudiants : 2006-2007 : 11 501 $
Subventions par étudiants : 2010-2011 : 11 783 $

Intéressant non? Les étudiants payaient, à partir de 2007, 50 $ de plus par session afin de financer leurs études. Au moment de la publication du rapport 2010-2011 (avril) les droits de scolarités avaient donc augmenté de 900 $ par année. À combien s’établit la hausse de la subvention par étudiant? 900$?

-Petite pause, saviez-vous que?
Saviez-vous que l’UQTR a déclaré pour son exercice financier 2009-2010 des surplus de 10,7 millions? Cela représente 1 129 $ par étudiant (si l’on considère que ça prend deux étudiants à temps partiel pour faire un étudiant à temps plein). Pour 2008-2009, on parle d’un surplus de 4,5 millions et de 6,9 millions pour 2007-2008. Surplus total sur la période de données disponibles sur le site de l’UQTR : 22,1 millions. Tout un sous-financement! Et n’allez pas croire que je dénonce l’accumulation d’un surplus… Bien au contraire.

Et à l’Udem? Voici les résultats en rafales :

2010-2011 : -17,3 millions
2009-2010 : +28,5 millions
2008-2009 : -41,3 millions
2007-2008 : -4 millions
2006-2007 : +34,9 millions

Résultats sur 5 ans : + 0,8 million

Je termine ici mon billet. Je suis totalement conscient que je n’aborde pas plusieurs questions principales… D’autres l’ont si bien fait que je ne voyais pas la nécessité d’intervenir à nouveau sur ces thèmes. Je préférais aborder une thématique qui avait été que très peu ou pas discutée jusqu’à présent. Il serait intéressant de procéder aux calculs pour l’ensemble des universités du Québec, afin de voir si la tendance est généralisée. J’ose croire que ce n’est pas uniquement un hasard et que le choix de la plus grosse université était judicieux.

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires. Votre opinion est toujours appréciée.

Samuel Bergeron




Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.